18 août 2012

Jour 8 - des pistes, la côte, des chevaux et des phoques


En ce huitième jour, nous terminons la partie la plus au Nord de notre parcours, avec beaucoup de pistes en terre battue, longeant la côte.


La côte que nous longeons offre différents visages :




Puis nous arrivons à Kalfshamarsvik : Kálfshamarsvík est une petite crique dans la partie nord de Skagi, avec des falaises magnifiquement formées de colonnes de basalte, créées il y a environ 2 millions d'années. Au début du XXe siècle, les bateaux de pêche sillonnent ses eaux et il y avait même une petite communauté d'environ 100 habitants à Kálfshamarsvík. Cependant, autour de 1940, la pèche se mécanise, le village est déserté.







Et voici la radio qui a animé notre journée : du country !!!


Pause nettoyage à une station service et petite vue de l'état intérieur de la voiture à l'heure du picnic :)


Nous sommes à Blonduos (à droite de cette carte) et nous allons faire le tour de la péninsule de Vatnsnes.


Borgarvirki se situe à 177m d'altitude : il domine la région environnante. Fait de strates de basalte, il a été utilisé comme une forteresse pendant des siècles. Borgarvirki est un phénomène naturel : c'est un neck ou nek (terme anglais signifiant « cou »), un relief volcanique résiduel en forme de pointe de grandes dimensions. Il correspond à une ancienne cheminée volcanique qui s'est solidifiée à la fin d'une éruption et qui a été ensuite dégagée par l'érosion. Cette structure de lave solidifiée résiste mieux à l'érosion que les matériaux d'éjection qui l'entourent. Une fois le cône érodé, il reste une aiguille qui est la relique d'un cône disparu.

Modifié par l'homme, les sagas islandaises mentionnent que dans les siècles précédents il a été utilisé à des fins militaires. En 1949, l'entrée principale a été rénovée par les travailleurs.






De nouveau, nos copains les chevaux islandais :



Un peu plus loin, le Hvítserkur (islandais "chemise de nuit blanche") est une falaise de basalte sur la côte orientale de la péninsule Vatnsnes en Islande du Nord-Ouest . Environ 15 m de roche, creusée en deux endroits et accueille des oiseaux nicheurs tels que les mouettes tridactyles et les fulmars.

Une légende islandaise raconte qu'il s'agit d'un troll qui a été pétrifiée par le soleil, ayant voulu détruire le monastère de Thingeyrar.


L'agriculture ne paye plus (pas) beaucoup en Islande et de ci de là, des maisons abandonnées laissent voir leurs intérieurs et leurs façades décrépies.


Sur la côte Ouest de la péninsule, à Illugastadir, nous pouvons enfin voir des phoques !! J'avoue avoir bien tanné Stéphane et lui avoir imposé de nombreuses pauses sur la côté pour pouvoir les voir. Finalement, ils avaient leurs petites habitudes et un poste d'observation avec jumelles était installé en face de leurs rochers !







Bien sûr, ce ne sont pas les seuls habitants de ces petits îlots : par exemple, le canard Eider y promène sa couvée. Et d'autres oiseaux que nous ne savons pas identifier.

  


Sur le chemin, notre route passe au milieu d'une zone de couvaison de sternes arctiques. Les parents amènent de la nourriture à leurs poussins qui explorent les alentours. Pas très vifs, ils se font parfois écraser, c'est pourquoi les locaux mettent des panneaux attention aux oisillons! Nous roulons au pas mais certaines sternes attaquent la voiture ! Effectivement, le poussin est au bord de la route...





Le long de la route, du poisson séché mais le seul endroit - un peu au milieu de nulle part - où nous en verrons.


Nous arrivons au camping de Húnaþing vestra. La camping est simple mais un belle salle à manger avec petit coin cuisine nous permet de lire, boire et manger chaud, à l'abri du vent. Par contre, deux douches pour un camping de taille raisonnable est surprenant !



Oui, ne lire que des guides touristiques, ça commence à peser au bout de 8 jours...!

Le soleil couchant est magnifique, il illumine les nuages et la petite église à côté du camping.